Des cantines bio, j’en veux !

 En partenariat avec Agir pour l’Environnement et la FNAB (Fédération nationale d’agriculture biologique), la FCPE se mobilise pour encourager les élus des collectivités territoriales à introduire des produits bio et locaux dans les cantines. Un défi majeur de santé publique !

A en croire certains, restauration collective et produits bios ne peuvent pas faire bon ménage. Trop cher, trop compliqué logistiquement, les arguments pour organiser la résistance ne manquent pas. Pourtant, 88% des parents souhaitent aujourd’hui plus d’aliments issus de l’agriculture biologique dans les cantines selon un sondage CSA de 2015. Et en octobre dernier, face au débat qui a agité les parlementaires pour savoir s’il faut ou non fixer un seuil de 20 % de produits bio d’ici à 2020 en restauration collective, la pétition lancée par Agir pour l’environnement, et soutenue par la FCPE, a recueilli plus de 200 000 signatures.

Une question de justice sociale
Les initiatives menées ici et là sur le territoire se multiplient et font germer l’idée que le bio à l’école est l’avenir ! « C’est d’abord une question de justice sociale et de santé, insiste Mathias Chaplain, coordinateur de la campagne « Des cantines bio, j’en veux ». Assurer l’égal accès des enfants à une nourriture saine et de haute qualité gustative et nutritionnelle devrait être une priorité ».
Pour accélérer le mouvement, une nouvelle pétition sera lancée sur la plateforme www.macantine.bio, l’idée étant de faire tomber les principales idées reçues qui circulent depuis trop longtemps. Exemple : il ne sera pas nécessaire d’importer, car pour produire en quantités suffisantes, il suffirait de 400 000 hectares de terres agricoles supplémentaires en bio, sur les 29 millions que compte la France.
Pour agir, quelques clics suffisent : se connecter à la plateforme en ligne ; renseigner le niveau scolaire de son enfant et son code postal ; envoyer. Un mail sera automatiquement adressé aux maires, présidents de département et de région ! Enfin, n’hésitez pas à diffuser la plaquette « Des cantines bio, j’en veux ! ».